A Travellerspoint blog

expériences villageoises

sunny 42 °C

Incroyable complicité dans les villages, pendant les réunions avec les chefs et les sages les femmes me faisaient des grands coucous derrière son dos. Les regards de centaines d’enfants qui nous entouraient sous les grands arbres du cœur des villages me fixaient comme un grand mystère, comme s’ils ouvraient les yeux sur un monde bien plus vaste qu’ils ne le concevaient, un peu comme cette impression vertigineuse de penser à l’infini de l’espace, leurs sourires pétillaient et leur imagination vagabondait vers d’autres horizons.
Cela m’a fait sourire, être d’ici ou d’ailleurs quelle importance après tout… Ce que je cherchais dans ces regards c’était bien plutôt ce qu’ils avaient de généreux, de compatissant, de fous, de purs, de créatifs qui rendraient leur monde meilleur.

En débarquant à Kouloumbou, un sac Florida pendait anachroniquement sur une porte en tiges de mil,et sous le grand arbre les bouchers s’activaient à dépecer une chèvre pour en faire des brochettes sur une natte de paille. En trottinant, le chef de Kouloumbou, un sage au sourire édenté mais terriblement contagieux qui fait ressortir les veines qui serpentent sous sa peau, toujours galopant à travers champs avec son grand chapeau de paille et son boubou, nous a accueilli à bras ouverts. Il a contre les supplications de ses enfants préparé des centaines de trous pour accueillir nos plants. Le chef du village voisin, que nous n’avions jamais réussi à voir depuis deux mois, intrigué par l’annoncer de mon passage à cheval s’est déplacé le voir et l’a trouvé à l’œuvre, si motivé par les plantations. Il a immédiatement requis notre présence dans son village, nous a accueilli avec du lait caillé et du mil et a déjà commencé à mobiliser des futurs planteurs.

Le chef de Kouloumbou :
large_DSC09153.jpg

Le boucher, derrière notre monture à moteur pour sillonner la brousse, Djadje s’apprête à acheter la tête et les pattes de la chèvre qu’il va faire bouillir toute l’après midi…
large_DSC09151.jpg

Les cordes pour puiser l’eau ont usé cette poutre de puits traditionnel lui donnant l’air d’une sculpture d’art contemporain.
large_DSC09139.jpg

Le message passe si vite, c’est incroyable, comme s’il ne suffisait que d’un modèle pour que les gens se lancent. Dès le moment ou nous trouvons une façon d’investir et de responsabiliser les gens, l’impact est exponentiel. Dans chaque homme réside une force créatrice, l’instinct de développement, des gens croient en nous, nous trouvons un moyen de les investir sans forcément demander de l’argent : transport des plants en charrette, trouaison, plantation, entretien des arbres…. Incroyable récompense de lire la fierté dans le regard des gens qui nous présentent leur travail!

Formation plantation Gata Bangou
large_DSC09149.jpg

Posted by hanso 11:34 Archived in Niger

Email this entryFacebookStumbleUpon

Table of contents

Comments

Salut Anne-Sophie! C'est vraiment super de te lire, je m'en lasse pas, on a l'impression d'y être. Y'a juste un truc que j'arrive pas à savoir, c'est si tu as l'accent québécois... :)

by geceo

This blog requires you to be a logged in member of Travellerspoint to place comments.

Enter your Travellerspoint login details below

( What's this? )

If you aren't a member of Travellerspoint yet, you can join for free.

Join Travellerspoint